Historique – Geschichte

Un peu d’histoire !

(Deutscher Text folgt in Kürze)

Comment a débuté cette action ? L’idée des lits « froids » !

A la fin du mois d’août 2015, les nouvelles de la crise migratoire étant alarmantes, avec ces nombreux naufrages en Méditerranée, mon fils cadet m’interpelle un dimanche à la fin du repas de midi et me dit :  » Pourquoi ne fait-on rien  pour ces requérants d’asile ? Toi et maman vous êtes seuls dans cette maison avec ces lits « froids » et on pourrait les loger  ? Puisqu’ils sont déjà en Suisse dans des centres d’enregistrement, on pourrait leur ouvrir nos portes et améliorer leur intégration ? »

J’en avais marre d’entendre toujours  cette politique sécuritaire , la peur de l’étranger, les idées xénophobes  et j’étais persuadé que dans notre canton de Fribourg il y avait sûrement des femmes et des hommes qui avaient envie d’apporter une aide à ces migrants et qui ne savaient pas où s’adresser.

                                                                                                                Bernard Huwiler

« Alors on y va !  Il n’y a pas une minute à perdre ! »

Pour réussir une telle action sans perdre de temps, il fallait trouver des gens ayant une certaine notoriété dans le canton de Fribourg et ayant surtout cette envie d’agir pour les migrants.

Fin août je téléphone à Pascal Corminboeuf, ami et ancien Conseiller d’Etat, et Claude Ducarroz, prévôt de la cathédrale de St Nicolas pour leur demander s’ils étaient d’accord de monter dans le bateau, même si on ne savait pas très bien comment cela allait débuter. Ce fut oui pour ces 2 personnalités influentes. Pascal Corminboeuf contacte alors  Mme Anne-Claude Demierre, Conseillère d’Etat en charge  du problème de l’installation des migrants, qui fut enchantée du projet et apporta notre soutien à cette  action.

Le 6 septembre 2015 : début de notre action!

Ce dimanche de septembre , nous nous réunissons pour la 1 ère fois chez Claude Ducarroz, lequel contacta  plusieurs personnes désireuses de se joindre  à ce groupe de travail(voir liste dans les contacts). Mme Anne-Claude Demierre , Conseillère d’Etat est aussi présente  et nous décidons de lancer l’action tout de suite.

«  Osons l’accueil ! » est ainsi née et nous organisons 3 jours après – le 9 septembre– un point de presse pour faire connaître à la population fribourgeoise notre action.

Nous décidons de  travailler en partenariat avec le DSAS( Département de la Santé et des Affaires Sociales) et ORS, Société de Services, mandaté par l’Etat de Fribourg pour le placement et l’accueil des requérants dans notre canton !

L’appel du 9 septembre 2015 : « on y va ! »

Le premier point de presse est organisé à la salle paroissiale de St Nicolas, et rencontre un vif intérêt auprès des médias : radios TV et presse écrite répondent présents pour informer Fribourg que désormais  il y a  une adresse et un téléphone où tout un chacun peut s’informer sur un éventuel accueil privé ou une aide quelconque en faveur des migrants.

Le résultat va au delà de nos espérances . Dans les jours qui suivent la conférence de presse, pas moins de 200 appels sont enregistrés et cela va continuer pendant 2 à 3 mois.

Nous proposons un accueil généreux lucide et responsable. Nous ne fixons pas de règles ni de directives, nous proposons un séjour minimum de 3 mois. Cet accueil proposé est transmis au DSAS qui mandate ORS pour contacter les familles, visiter les lieux proposés, faire se rencontrer les accueillants avec les migrants et un traducteur, en vue si possible  d’un séjour accepté par les deux parties.

Nous rappelons que l’accueil est libre pour les familles comme pour les requérants d’asile.

Le 18 septembre 2015 : élan formidable de soutien à notre action

Nous recensons déjà près de 60 familles disposées à accueillir  dans tout le canton de Fribourg.

Cet appel lancé aux fribourgeois a un effet boule de neige car aussi bien le DSAS  que ORS enregistre    de leur côté des propositions d’accueil. Conjointement les responsables des Eglises catholiques et réformées du canton de Fribourg vont inviter les paroisses et communautés religieuses à « ouvrir leurs portes et leurs cœurs aux réfugiés » suite l’appel du Pape François : « Une paroisse, une famille ! »

Le 13 octobre 2015

C’est à Rossens qu’un premier couple d’Erythréens s’installe  dans le cadre de notre action soit à peine  1 mois après  la création de « Osons l’accueil ! »

Notre but d’accueillir rapidement est atteint et  dans les semaines qui vont suivre il y aura plusieurs accueils qui vont se concrétiser.

Le 10 décembre 2015

Création  d’une association officielle avec des statuts et une charte, association définitivement nommée  « Osons l’accueil ! »

Le 6 janvier 2016 : 2 ème point de presse : plus de 50 migrants accueillis !

point-de-presse-6-1-16
point de presse du 6.1.16

Nous sommes très heureux d’annoncer  qu’ à ce jour nous avons déjà plus de  50 migrants accueillis dans une trentaine de familles du canton

«  Osons l’accueil ! » veut être plus présent  dans son action et va continuer à jouer son rôle de centrale d’appel. Pour cela nous allons commencer par visiter toutes les familles qui accueillent pour répondre à leurs questions, tout cela bien sûr en accord avec l’activité d’ORS qui place les requérants d’asile dans les familles.

Nous créons dès lors des zones géographiques du Canton de fribourg, à savoir :

  1. a) L’Espace Nord: comprend la partie germanophone du canton soit le Lac et la Singine , et les germanophones de Fribourg-ville.
  2. b) L’Espace Centre comprend Fribourg-ville, La Sarine et la Broye
  3. c) L’Espace  Sud comprend la Gruyère, La Glâne et la Veveyse

Chaque espace a ses responsables qui vont visiter les familles concernées au début de l’accueil au milieu si l’accueil se prolonge à 6 mois, et à la fin pour faire le point.

16 septembre 2016 : poursuite de l’action et premières difficultés d’accueil

Les accueils se poursuivent, certains se terminent déjà après 3 mois, d’autres se prolongent.

Au 16 septembre 2016, nous avons encore  35 migrants dans 20 familles de « Osons l’accueil ! »

Mais en tout il y a encore  55 réfugiés dans 31 familles. 20 familles n’ont pas prolongé leur accueil et nous avons encore quelques  familles en attente d’accueil. Dans l’ensemble tout se passe bien

Mais nous sommes confrontés à certaines difficultés :

  1. a) Il n’y a plus dans les centres cantonaux que des hommes seuls et des mineurs non accompagnés (MNA), ou des familles nombreuses.
  2. b) Comme l’accueil est libre pour la famille comme pour les requérants, certaines familles en attente ne veulent pas d’hommes seuls mais préfèrent des femmes avec ou sans enfant et de familles
  3. c) Les MNA sont sous la tutelle du service de protection de l’enfance et de la jeunesse et pour l’instants ne peuvent pas être placés dans les familles. Un projet pilote de parrainage est en cours

En septembre 2016, il y a une diminution d’arrivée des migrants en Suisse          de 30 % par rapport à la même période de 2015.

Nous voulons continuer notre action  en essayant de proposer quand même aux familles en attente  des hommes célibataires ou seuls.

 

23.1.2017 : Nouveau point de presse

à la Maison de Paroisse de St-Nicolas. Osons l’accueil fait le point de la situation actuelle et des perspectives d’avenir.  Il y a moins de requérants d’asile dans les familles, ceci est du à une baisse du flux migratoire et des arrivées en Suisse, D’autre part nous avons moins de familles en attente d’accueil. Notre souci est aussi l’accueil des mineurs non-accompagnés dans les familles,  accueil pour l’instant pas possible dans le canton de Fribourg.

22 juin 2017: Assemblée générale aux Cordeliers à Fribourg:

plus de 110 requérants d’asile accueillis dans 65 familles!

Une vingtaine de personnes ont assisté à cette première assemblée. un comité est constitué avec un Président (B. Huwiler) un vice-président ( Erwin Murer) un caissier ( Nicolas Nagy), une secrétaire ( Anita Rusconi) et de 2 membres ( Claude Ducarroz et Pascal Corminboeuf) Le comité expose les défis futurs ( appel à de nouvelles familles d’accueil, et mise en place de familles « ressources » pour prise en charge des mineurs non accompagnés le weekend)

Un apéritif dinatoire est proposé à toues les personnes présentes à cette assemblée.